deniscope.net

Si on se disait tout...

Le travail c'est pas un métier
Aleveque

jeudi 28 avril 2005

Le jardin des plantes

Un squelette Un squelette Un squelette
Un lama

Une sortie parisienne de circontance avec l'arrivée des premiers rayons de soleil, Le jardin des plantes. Nous sommes tout d'abord allés au muséum d'histoire naturelle, très intéressant, on y croise des tas d'os comme vous pouvez le voir sur les photos.

Puis, en traversant le jardin, nous nous sommes rendus à la ménagerie. Cette fois les animaux avaient encore la chair et les os, et parfois même ils bougeaient. Je ne pensais pas qu'il y avait autant d'animaux à cet endroit (même si la fauverie est fermée actuellement, elle se prend pour une station de métro et est en rénovation).

Et pour conclure une si belle journée, nous avons pris les chemins hasardeux du labyrinthe. Pas si hasardeux que ca, vu que c'est plus une cote en colimasson qu'un véritable labyrinthe.

Une journée bien remplie et une sortie très sympa, surtout avec des enfants...

vendredi 22 avril 2005

Le symphotron et la claviole

Je connais un type, il est trop fort. Je vous raconte...

Un jour que je regardais de près mon symphotron, j'ai vu qu'il ripait sur le croc. Ni une, ni deux je redire la claviole du rivet, mais c'était sans compter la targette de tiffon. Un coup à biaiser le symphotron si on ne manipule pas la chose avec précaution. J'ai décidé de consulter un gazier de ma connaissance qui sévissait dans le coin (le type dont je vous parlais) - Il me racontait qu'un jour en démontant un ciphon à gaine, il avait détérouiller le clapet répartiteur (le fou) - Bref, je lui donne mon symphotron en pension histoire qu'il lui détente les clavioles. Même pas deux semaines passèrent pour qu'il me rappel. Il me dit:

  • Ta claviole, tu l'aurais pas térébantiné au blue d'Eden?
  • Le blue d'Eden, c'est quoi ce truc, un lubrifiant?
  • Non, un catalyseur de combustion
  • Bein non, je ne connaissais même pas.
Ce type m'épateras toujours, il est toujours à la pointe quand il sagit de symphotron.
  • Et c'est ca le problème avec la claviole
  • Bein non tu as juste ripé sur le croc
  • Aouais bein ca je le savais
Il me rendit mon symphotron le soir même. Je ne sais pas comment il s'y est prit, mais il l'avait remis comme neuf. Trop fort, je vous raconte pas (bein si d'ailleurs).

Théorie numéro 4 La claviole à rivet coince lorsque le symphotron ripe sur le croc.

Cendrillon

L'opéra Garnier

Nous revenons tout juste de l'opéra Garnier où nous y avons vu Cendrillon. C'était une grande première pour moi, aussi bien pour un ballet que pour l'opéra Garnier. Ce batiment est tout bonnement splendide, l'entrée est à tomber et la salle vraiment impressionnante. Rien que pour cela, le spectacle vaut le détour.

L'opéra Garnier Le ballet c'est très beau. Le chant m'a un peu manqué, j'ai noté quelques "couacs" musicaux qu'on mettra sous le nom d'interprétations originales et parfois les danseurs avaient un peu le pas lourds, mais sinon c'est magnifique. L'interprétation moderne de Cendrillon est très réussie et j'ai été très étonné par le nombre de danseurs. Tous les styles de danse sont quasiment abordés, tango, valse, flamenco, danse asiatique... et ce qui est pratique c'est que tout le monde connait l'histoire (non? tu déconnes? bein tu peux aller voir si tu veux...)

  • L'opéra Garnier
  • Les danses
  • L'histoire
  • La musique (un peu faible)
  • On était super mal placés (mais on n'a pas payé cher non plus)

vendredi 8 avril 2005

La tour de la Défense

Affiche de la Tour de la Défense Pour notre première sortie théatrale dans le neuf trois, nous sommes allés à la Maison de la culture du 93 voir "La tour de la Défense" de Copi. C'est une comédie, enfin c'est annoncé comme un comédie car moi j'y ai vu un drame d'une noirceur plutôt prononcée. Bon évidemment c'est assez chaud, si la sodomie et la fellation se font rares au cinéma, c'était bien la première fois que je la voyais au théatre. Quasiment tous les acteurs se retrouvent à un moment ou à un autre nus sur la scéne, cela n'apporte pas grand chose à l'histoire d'ailleurs. Et justement l'histoire; elle est triste et surtout noire, très noire, un peu trop à mon goût. Malgrè tout il y a de bons moments, de bonnes répliques et surtout Marina Foïs que j'aime beaucoup (même en tenue d'Eve).

Je vous déconseille vivement de lire le résumé avant d'aller voir la pièce, il y a un élément important qui y est dévoilé, je trouve que ca gacherait un peu de le savoir. En gros, c'est l'histoire d'un réveillon entre 4 homosexuels et une hétéro qui tourne en drame famillial. A voir si on a le moral.

  • Marina Foïs
  • Quelques répliques
  • Les effets spéciaux
  • La noirceur

lundi 4 avril 2005

Pieds jaloux (uf, uf, uf)

Rappelez-vous. Il y a quelques années de cela, un peu plus peut-être, nous avons tous vécu la même expérience. Une expérience unique que beaucoup ne considère pas, à tort, comme le jour le plus important de leur vie. Je parle évidemment de la naissance. Rappelez-vous de cette période dure et lointaine ou nous n'étions qu'une crevette larvesque.

En cette période de doute et d'épreuves, une chose prend une grande place dans nos cauchemars, j'ai nommé: le loup. C'est lui qui fait frissonner le rideau de notre chambre, qui bouge là-bas au fond de l'armoire. Qui se faufile sous le lit ou derrière les peluches. Le loup est partout, il est méchant, il est perfide et aucun de ces imbéciles d'adultes ne fera rien pour l'arrêter car ils le croient imaginaire.

C'est en partant de ce souvenir refoulé, et convaincu de ne pas être un cas isolé, que je me suis posé la question suivante: "Pourquoi les, soi-disant, spécialistes de jouets pour enfant ne commercialisent pas le piège à loup?". Longtemps utilisé dans nos campagnes, le piège à loup n'a curieusement jamais pu franchir la porte de nos chambres d'enfants. Quel injustice, militons.

Théorie numéro 3 Les spécialistes de jouets sont des adultes amoureux de Brigitte Bardot.

dimanche 3 avril 2005

Ca se confirme...

Pigeon sur lion Pigeon sur lion (grossissement)

Ne me dites pas que vous n'avez rien remarqué, vous l'avez vu vous aussi ? Ils nous narguent, fierement, toujours juchés sur leur perchoir royal.